• « La FRANCE » leader mondial de la fabrication d’usines à gaz !  dans LE COIN DES

    Dans notre échange avec François, nous faisons allusion aux « usines à gaz ». Mais que reproche-t-on finalement aux usines à gaz ?

    Il semblerait que notre entreprise, « LA FRANCE », soit spécialisée dans la « production d’usines à gaz ». C’est comme une seconde nature. En toute occasion, nous arrivons à produire une usine à gaz, pour traiter n’importe quel sujet de société. Une question d’emploi ? Une usine à gaz y répond… Une question de santé publique ? Une usine à gaz la résout… Un problème éthique ? Une usine à gaz est la solution, etc.

    En la matière, nous sommes dans le registre de l’hyper créativité, tant mieux ! Nous savons faire une usine à gaz à partir de n’importe quoi, bravo !

    Il est bon de rétablir de telles vérités et aussi de reconnaître nos points forts afin de ne pas sombrer dans le « french bashing » !

    Mais il est bon aussi, de reconnaître les points sur lesquels nous devons nous améliorer. Et il y en a un, et assez sérieux. Si nous fabriquons excellemment ce type d’usine, pour ce qui est des ventes, là il y a un problème. Nous n’avons exporté aucune de ces usines.

    Nous avons enquêté, pour savoir s’il s’agit d’un problème commercial, de marketing ou de communication… ? Non. Il semble que notre communication sur ce produit soit très bien faite. En effet, tous les pays connaissent nos usines à gaz… Mais personne n’en achète. ZERO, AUCUNE !

    Poursuivant l’enquête, nous avons fait une découverte importante : Le problème de ces usines c’est qu’elles ne répondent pas aux exigences du moment en matière d’environnement… Elles ne sont pas « Développement Durable » car elles consomment une énergie phénoménale sans produire grand-chose.

    Bon maintenant que l’on sait ce qui cloche, continuons à faire confiance à notre capacité d’innovation… nous allons y arriver.

    Jean-Claude MONTBLANC

  • One Response à “« La FRANCE » leader mondial de la fabrication d’usines à gaz !”

    • Damien BABINET on 28 octobre 2013

      Jean-Claude,

      Je sais que tu conseilles utilement François qui est à la tête de notre entreprise FRANCE, une entreprise pleine de ressources mais éminemment complexe. Je te livre quelques réflexions qui pourront ou pas t’être utile.

      Cette manie d’inventer des usines à gaz vient selon moi, du fait que notre CODIR n’a pas encore compris qu’il était face à un système complexe et non pas compliqué.

      Sans doute, pourras-tu, lors de ton prochain entretien avec François, clarifier avec lui cette différence essentielle à faire entre le compliqué et le complexe ou un boeing et un plat de nouille. Le boeing c’est compliqué, le plat de nouille c’est complexe. Je te laisse développer auprès de François mais tant qu’il n’aura pas profondément intégré que nous sommes désormais dans une entreprise :

      - imprédictible ; il est très important que tu insistes auprès de François la-dessus, dans la mesure ou fondamentalement cela veut dire que les solutions d’hier ne fonctionnent plus ou tout au-moins que nous ne pouvons imaginer qu’elles produiront les mêmes effets qu’hier,
      - irréversible c’st à dire que nous ne reviendrons plus à un système antérieur, nous avons à faire le choix de l’innovation ; sans savoir a priori ou cela doit nous conduire (Cf. la règle précédente d’imprédictibilité du système). Tu noteras que c’est un vrai pari car en totale rupture avec le besoin d’évaluation des politiques publiques.
      - où le nombre d’acteurs ne cessent d’augmenter (notre CODIR appelle cela la mondialisation),
      - où le leadership est diffus, j’en veux pour preuve la multiplicité des zones de décision tant au plan local, que régional ou transnational,

      … il lui sera difficile d’oser le pas de coté.

      Edgar Morin disais « que la pensée complexe est tout d’abord une pensée qui relie » … « sens le plus proche du terme complexus (ce qui est tissé ensemble) ». C’est intéressant car par extension nous pourrions dire que s’il fallait développer une pensée complexe propre à appréhender (tu noteras que je n’écris pas maîtriser) la complexité de notre entreprise FRANCE, c’est probablement en se penchant sur ce qui nous relie en son sein, pour nous permettre un nouvel agir, chacun à son niveau et dans un dessein commun car il faut tout de même que le tissu « tissé ensemble » est l’air de quelque chose.

      D’où cette maxime d’Edgar que je rappelle de mémoire : « Plus c’est complexe, plus il faut faire simple, créer du sens et développer l’autonomie des acteurs. »

      Mais ne disait-il pas aussi « La politique est le plus difficile des arts. » – La Méthode, Ethique (2004)

      Au plaisir de te lire, mon cher Jean-Claude, passe le bonjour à François.

    Laisser un commentaire


lopic |
Mon système solaire tourne ... |
MELODINE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Celal Karaman Güncel Blog,c...
| Tonyferri
| Euristote