• 31 janvier 2014 - Par François, pour toi, c'est cadeau !

    Bonjour François,

    Cela fait un bon moment que je n’ai pas eu une séance avec toi. Il faut m’excuser, c’est la crise et il faut quand même que je m’active pour avoir du travail avec des clients qui me paient…

    Ces derniers temps, en t’observant, toi et ton équipe leader, je me suis posé pas mal de questions sur la façon dont vous pilotez notre entreprise « La France », comment vous communiquez et comment vous vous y prenez pour nous « mobiliser ». Votre communication me mettait un peu mal à l’aise. Elle paraissait convenue, vide, sans énergie, un peu comme si vous cherchiez à nous protéger, comme si vous ne nous estimiez pas en mesure d’entendre…

    Et puis, lors de tes vœux le 31 décembre dernier, oh surprise !… Je t’entends parler de pacte de responsabilité ! Tu ne peux pas savoir comme cela m’a fait plaisir de t’entendre parler de « responsabilité ».

    C’est un thème qui m’est cher et sur lequel j’ai même écrit un article pour les leaders que j’accompagne. Je te conseille vivement de le lire, il va te donner quelques pistes. Comment travailler la qualité des relations N°2 : la coresponsabilité

    En fait, la notion de responsabilité personnelle est essentielle quand tu dois piloter une équipe ou une entreprise.

    Mais il faut d’abord s’accorder sur cette notion de « responsabilité » personnelle… Car en fait, nous avons deux difficultés :

    - Tout d’abord, c’est une caractéristique psychologique de l’être humain, nous avons chacun, dans certaines situations, tendance à nous « déresponsabiliser », à ne plus avoir conscience de notre pouvoir d’agir et de créer. C’est un processus inconscient plus ou moins fort selon les personnes. (Il me semble d’ailleurs que la culture de notre société « La France » induit beaucoup de ce type de comportements, individuellement et collectivement. Donc, si tu tiens vraiment à changer, c’est là qu’il faut agir. D.U.N.E.R.F.)

    - Ensuite, nous avons aussi plus ou moins tendance à considérer l’autre, là encore, dans certaines circonstances « pas individuellement responsable ». C’est vrai dans un couple, c’est vrai au travail et d’une manière générale dans toutes les relations humaines… Ce déni de la responsabilité de l’autre est particulièrement palpable dans nos façons de communiquer. Quand on ne dit pas à quelqu’un « tout » ce qu’on « aurait envie de lui dire, c’est que inconsciemment on suppose qu’elle ne « peut pas entendre, ce qu’elle aurait pourtant besoin d’entendre ». Ce faisant, on ne la considère pas capable d’entendre, de recevoir et traiter une info, d’agir etc. En fait, inconsciemment, on la tient pour irresponsable et, ce faisant, on ne la respecte pas.

    Donc, la bonne façon de t’y prendre, la « base » ai-je envie de dire, c’est de considérer tes interlocuteurs – collaborateurs comme des personnes « responsables ». Aussi, je te propose de faire de la coresponsabilité l’axe de ton action de leader. Nous considérer responsables, c’est nous respecter et cela va faciliter ton action de leader, particulièrement ta façon de communiquer pour nous mobiliser. Je te demande donc d’étendre ton pacte de responsabilité à l’ensemble des collaborateurs de la société « La France ».

    Je te propose également de revoir ta façon de communiquer avec nous. Car, tu l’as bien compris, le carburant de la responsabilité, c’est la communication. Pour qu’une personne responsable puisse faire des choix, agir, se positionner, il lui faut l’information, toute l’information. Les non dits, les mensonges éhontés mais aussi par omission, sont donc à proscrire. Il n’y a pas de sujet tabou. Tu dois parler vrai et des vrais sujets.

  • Laisser un commentaire


lopic |
Mon système solaire tourne ... |
MELODINE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Celal Karaman Güncel Blog,c...
| Tonyferri
| Euristote